Patrimoine culturel

Château/Manoir de Longueville

L’œuvre capitale de Claude de Mary parait être la restauration du château de Longueville. Sans doute, le vieux manoir de Jean Costard avait besoin de réparations. L’an 1700, comme l’atteste une inscription de la façade, Claude de Mary le fit restaurer dans le style Louis XIV. Il le mit ainsi dans l’état où nous le voyons aujourd’hui. C’est, nous l’avons déjà dit, une construction moderne, composée d’un corps de logis principal flanqué de deux ailes assez courtes ; deux vieille lucarnes et d’épaisses murailles sont les derniers témoins des âges féodaux, les vestiges du castel des preux défenseurs du Mont-Saint-Michel.

Un d’Arundel qui, sans doute, appartenait à l’une des familles d’Arundel qui, après la conquête, jouèrent un grand rôle en Normandie et en Angleterre, a possédé le fief de Longueville, dépendant de la baronnie de Saint-Pair, appartenant à l’abbaye du Mont-Saint-Michel. On trouve comme seigneurs de Longueville, aux XVIIe et XVIIIe siècles, Claude de Mary, écuyer, et Paul-Bernard de Mary, chevalier de Saint-Louis. Le château de Longueville, construit au XVIIe siècle, n’offre rien de remarquable. Il est précédé de belles avenues de peupliers et possède un grand parc arboré avec son étang. En 1825, il était encore habité par Anne-Henriette Duchemin de la Vaucelle, fille de Jean-Baptiste Duchemin de la Vaucelle, écuyer, et de Jacqueline de Saint-Gilles.

Elle avait épousé Anne Bon de Mary de Longueville, écuyer, capitaine de cavalerie.
Éléments protégés Monument Historique : le pigeonnier : inscription par arrêté du 7 avril 1975.

La Pierre Aigüe

 

 

 

 

On trouve à Longueville, à peu de distance de la grande route de Coutances à Granville, une pierre druidique. Elle est debout et longue. C’est un menhir, et peut-être une pierre tumulaire, placée sur la tombe de quelque grand personnage.
Menhir de 3.35 mètres de haut, dit « Pierre Aigüe » ou « Pierre-Hue », se trouvant dans le jardin d’une propriété en limite avec la commune de Donville les Bains.
Ce patrimoine culturel et historique a été légué à la commune et au CCAS de Longueville en 1863. Les bâtiments se dégradant au fil du temps, le CCAS et le conseil municipal, par délibérations des 31 août et 25 septembre 2017, ont décidé respectivement d’accepter la proposition de l’Association « Maisons Paysannes de la Manche » d’entreprendre la mise en valeur de ce site. Il est primordial de stabiliser, sécuriser et sauvegarder ces vestiges du passé, afin d’éviter sont inéluctable disparition.

Manoir Sainte-Marie ou Ruine Du Guesclin

Un bail emphytéotique a été signé entre la commune et l’association, de manière à permettre la réalisation des travaux de restauration.
L’historien François Saint James a daté la construction de cet édifice au début du XVème Siècle, avec un remaniement au cours de la deuxième moitié du XVIème siècle, il confirme également le caractère mémorial du bâtiment.
Des études historiques sont en cours, et ont pu établir l’appartenance de ce manoir à la famille De Mary de Longueville par acte de vente du 11 août 1613, puis par mariage à la famille Alleaume. (Cf : Une famille Normande à travers 1000 ans de Noël Langlois). Il est encore nécessaire d’approfondir ces recherches, notamment avec l’aide de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche.